Dans « La maison », Duras parle des femmes, de la maison, de la femme dans sa maison. C’est tour à tour un lieu précieux, doux et fragile. Pour l’affiche le choix de matières sensibles s’imposaient : papier et coton. Le texte est tiré d’une interview donnée par l’écrivain. Une fois ôtées les questions du journaliste, le texte devient long monologue, où le jeu de scène s’étend bien au-delà des planches, jusqu’à ce que la salle de théâtre devienne la maison toute entière, tout comme le orange de l’affiche s’étend au-delà du cadre.

[Réalisé au sein de l’atelier Chévara]